L'ECSTASY

Pendant longtemps, faussement réputée chez les jeunes comme étant inoffensive mais en réalité un psychostimulant, hallucinogène et toxique "aigu", l'Ecstasy se propage dans la jeunesse à travers les soirées "rave" et les "boîtes de nuit assortie à la musique "techno".
L'Ecstasy se présente sous forme de comprimés ou de gélules, blancs ou de couleur, portant parfois un motif qui en qualifie la provenance. Le produit s'absorbe par voie orale et peut-être incorporé à de nombreuses boissons. Rarement pur, on le trouve en association avec d'autres produits plus ou moins actifs, allant du ... vermifuge pour chien au ... L.S.D.
Sa consommation dans les soirées "rave", souvent accompagnée d'alcool, peut conduire à des intoxications graves (il n'existe pas actuellement d'antidote spécifique) et à des lésions cérébrales irréversibles. Des décès peuvent survenir même après l'ingestion de doses modérées. L'Ecstasy est aussi responsable d'accidents de la route. Parfois baptisée "Pilule d'Amour", mais en réalité "Pilule de Mort", l'Ecstasy fait partie des produits classés stupéfiants depuis l'arrêté du 9 juillet 1986; les consommateurs encourent des sanctions (1 an de prison et/ou 25.000 F d'amende).

L'expérience de la consommation d'Ecstasy n'est jamais sans conséquences graves.

LE FONCTIONNEMENT CÉRÉBRAL RISQUE D'ÊTRE PROFONDÉMENT ET DURABLEMENT PERTURBÉ

.

I Produits, Origine, propriétés générales

On appelle "drogues de synthèse" ("designer drugs") des substances synthétisées pour des raisons purement commerciales et récréatives, La plupart sont apparentées aux amphétamines. Comme celles-ci, elles possèdent de puissantes propriétés stimulantes,

La plus répandue à l'heure actuelle est la MDMA plus connue sous le nom d'ecstasy. C'est une substance blanche, à odeur de moisi. Les sels d'ecstasy sont solubles dans l'eau, ce qui permet de mélanger la substance à diverses boissons.

La synthèse chimique de l'ecstasy est relativement simple et peut s'effectuer dans des locaux domestiques comme des garages. Elle se présente sous forme de comprimés utilisés par voie orale, une capsule contenant de 50 à 150 mg de MDMA, mais pouvant contenir aussi des proportions variables de MDA selon la méthode de synthèse. Le produit obtenu est rarement pur, les divers contaminants pouvant contribuer à sa toxicité. Il peut être coupé par d'autres composés psycho-actifs comme le L.S.D. et les amphétamines.

II Historique

La MDMA â été pour la première fois synthétisée par Merck et brevetée en 1914 comme modérateur d'appétit. Sa toxicologie n'a été explorée qu'à partir de 1950. Elle a été classée comme drogue illicite en 1985 aux USA, mais certains psychiatres lui attribuent encore une valeur thérapeutique, surtout parce que la MDMA agit comme désinhibant. Jusqu'au milieu des années 80, les utilisateurs d'ecstasy se l'administraient alors qu'ils étaient seuls ou en petit comité et les cas d'intoxications étaient rares. A partir de 1987, des cas d'intoxications graves et de décès ont été observés en Angleterre puis aux États-Unis. L'inquiétante progression des cas d'intoxications graves liés à l'ecstasy provient de son utilisation récente dans les boites de nuits ou dans les soirées où l'on danse frénétiquement pendant toute la nuit ou "rave parties". En France, elle est au Tableau B depuis Juillet 1986. Elle figure sur la liste des substances contrôlées des Nations Unies.

III Propriétés Pharmacologiques

La MDMA possède l'effet stimulant des amphétamines associé à des propriétés euphorisantes. L'ecstasy agit principalement sur les neurones sérotoni-nergiques. Elle inhibe de façon irréversible la tryptophane hydroxylase, enzyme qui limite la production de la sérotonine , Chez le rat, cette inhibition dure deux semaines après une seule injection.
La MDMA déforme les perceptions sensorielles et de contact (cutanées par exemple), mais pas ou peu la perception visuelle. Elle entraîne euphorie et augmentation de la motricité. C'est une substance dont la consommation entraîne une dépendance comme la plupart des amphétamines.
Les doses provoquant l'effet recherché ou des effets toxiques sont extrêmement variables d'un individu à l'autre. La dose tuant 50% des animaux, chez le singe et le chien, est de l'ordre de 20 mg/kg. Il existe un recouvrement important entre doses toxiques et doses récréatives, en fonction donc des individus, mais aussi des circonstances de consommation.